Skip to content Skip to footer

Les Ulis (Essone) : il tabasse son chiot en pleine rue, les vidéos de surveillance permettent son interpellation et la saisie du chiot et de sa maman.

Les Ulis (Essone) : il tabasse son chiot en pleine rue, les vidéos de surveillance permettent son interpellation et la saisie du chiot et de sa maman.

Teddy n’a que 5 mois, mais il connaît déjà bien les coups comme en témoignent ces images.

Coups de pieds, coups de poings, étranglements, piétinements sont autant de gestes qui faisaient partie de son quotidien, au point que même en pleine rue, son détenteur n’hésitait pas un instant à le tabasser sous l’oeil totalement indifférent de ses comparses qui semblent trouver ça parfaitement normal.

Le quotidien de nombreux staff pour lesquels certains écervelés estiment encore que la violence est un système d’éducation au point qu’elle soit complètement banalisée…

Teddy a encaissé les coups du haut de ses quelques mois. Sans jamais se rebiffer. Sans jamais comprendre pourquoi on lui faisait du mal. Sans jamais en vouloir à son tortionnaire malgré sa peur car quoi qu’ils subissent, les chiens aiment malgré tout. Et c’est peut être ça le plus dur.

Mais heureusement pour lui, la vidéo et l’investissement des policiers ont permis de retrouver son détenteur et de l’interpeller.

Teddy et sa maman (qui servait de reproductrice et qui était aussi présente au domicile) ont été saisis au profit d’Action Protection Animale.

Malgré la violence des coups, il s’en sort miraculeusement sans trop de séquelles, bien que lui et sa mère restent très craintifs aux gestes brusques. Actuellement dans une de nos pensions, ils se remettent de leurs émotions et découvrent ce que c’est que de ne plus vivre dans la peur des coups.

Il est inconcevable qu’en 2024, il faille encore rappeler que toute violence est à proscrire dans l’éducation.

Certaines personnes pensent encore qu’il est normal de tabasser un animal, de s’en servir comme d’un défouloir, et se sentent à l’abri de toute sanction.

Même si les peines ne sont pas toujours à la hauteur des faits, nous ferons tout pour que son détenteur comprenne qu’il n’en est rien.

Action Protection Animale a déposé plainte pour acte de cruauté, délit passible de 3 ans de prison et 45000€ d’amende et demandera une peine de prison ferme lors de l’audience à venir.

NOTRE ACTUALITÉ

LES DERNIERS REPORTAGES

Des nouvelles de Gordo, 3 mois après son sauvetage
Brûlé vif, Gordo avait vécu un calvaire qui nous avait tous profondément…
Villejuif : maltraités et privés de soins, 3 chiens et un chat secourus.
Leur état physique et psychologique ne laisse pas de place au doute…